Surveillance vibratoire d’un chantier

de démolition

CATM (Conseil et Assistance en Terrassement et Minage) est intervenu dans le cadre d’un chantier de démolition au sein du site sensible de la raffinerie d’Uranium « ORANO » de Narbonne, pour le compte de la société GUINTOLI.

Une dalle en béton et des fondations, attenantes à des installations comprenant des équipements sensibles, devaient être détruites initialement en utilisant la méthode du ciment expansé, avec une durée prévisionnelle du chantier d’un mois. Une variante a été proposée par l’entreprise GUINTOLI avec une destruction de la dalle au Brise Roche Hydraulique (BRH).

L’expérience de CATM a permis de valider cette méthodologie par des mesures vibratoires. Un suivi vibratoire en temps réel, a donc été mis en place au niveau du bâtiment sensible attenant ainsi que d’une cuve. L’instrumentation a été effectuée avec deux géophones tri-axes autonome C22 de la société SIGICOM.

La distance entre les capteurs et la zone de démolition est comprise entre 2 et 5 mètres. Au préalable, pour limiter la transmission des vibrations, le pourtour de la dalle béton a été sciée.

Sigicom

 

Sigicom

La démolition s’est déroulée sur 3 journées, en 2 phases distinctes:

La première phase a consisté à évaluer les niveaux générés par les engins. Pour ce faire, les 2 géophones C22 ont été réglés avec un seuil de déclenchement très faible sans aucune pondération fréquentielle, et ce afin de connaitre la réponse vibratoire des structures instrumentées en termes de vitesses et de fréquences. Cette phase a permis de valider l’emploi du BRH et d’identifier sa signature vibratoire.

 

Sigicom

 

 


Une fois tout risque écarté, la deuxième phase de démolition a pu débuter. Durant cette période de chantier, les géophones C22 ont été paramétrés pour une surveillance suivant les seuils de la circulaire du 23/07/86 (relative aux vibrations mécaniques émises dans l’environnement par les installations classées pour la protection de l’environnement).

 


catm

 

 

cat
Aucun dépassement n’a été mesuré pendant toute la démolition.

La mise en place de cette surveillance vibratoire a permis un changement de technique de démolition entraînant un gain de temps ainsi que financier important (chantier sur 3 jours au lieu de 1 mois), et ce tout en maîtrisant les risques en temps réel.